Syndicalisme et nouvel an

La petite histoire des colibris de Pierre Rabhi est connue. 

“Chacun doit faire sa part.” 

Cela signifie qu’on ne peut pas tout faire soi-même, ce que nous savons bien.

Cela veut dire aussi qu’il est vain de tout attendre des autres. 

Nous ne pouvons pas défendre “notre” médecine générale en restant isolés face aux institutions et aux pressions de tous ordres.

Les syndicats sont là pour lutter et proposer pour notre métier, défendre et si possible fédérer les isolés…

Mais les syndicats ne sont rien sans votre adhésion. 

C’est vrai pour tous les syndicats.
Pour MG France, c’est vital. 

Nous sommes un syndicat de médecins généralistes.

Seulement de médecins généralistes.

Pour nos concurrents nous sommes inutiles voire nuisibles, vous l’avez lu et entendu trop souvent.

Mais :

  • Quelles spécialités travaillent 60 heures par semaine ?
  • Quelles spécialités sont tenues d’être “toujours là” ?
  • Quelles spécialités sont en permanence sous la pression des CPAM ?
  • Quelles spécialités gagnent nettement moins que les autres ?
  • Quelles spécialités sont en permanence traitées avec mépris ?

Vous en avez trouvé quelques-unes à chaque question, pourtant une seule “coche” toutes les lignes. 

C’est notre spécialité, la médecine générale.

Elle n’était pas défendue avant la création de MG France.

Nous ne sommes jamais bien défendus si MG France n’est pas là.

Car la médecine générale, c’est vraiment une spécialité très “spéciale”.

Nous avons des idées.

Elles sont lancées, discutées, débattues puis arrêtées de façon collégiale et démocratique.

Elles sont souvent porteuses de changement et donc vilipendées par les conservateurs.

Elles sont toujours tournées vers plus de justice et donc conspuées par les égoïstes.

Elles évoluent et s’adaptent et donc on nous accuse d’inconséquence…

Malgré cela en plus de 30 ans, MG France s’est imposé auprès des pouvoirs publics comme le syndicat sérieux qui connait ses dossiers et avec qui on peut construire.

Pourtant, sans vous nous sommes moins forts.

Et sans adhérents, nous ne “ferons pas le poids” ! 

Bonne année 2018 aux défenseurs de la médecine générale, ceux qui s’engagent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *